Catégories
communiqués de presse

Le Groupe indépendant d’experts sur le journalisme et la presse écrite dépose son rapport final aux ministres Morneau et Rodriguez

L’Association de la presse francophone (APF) a pris connaissance du rapport final soumis par le Groupe indépendant d’experts sur le journalisme et la presse écrite aux ministres des Finances, Bill Morneau, et du Patrimoine et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez.

Le rapport final contient les recommandations du Groupe indépendant d’experts quant à la mise en œuvre des mesures fiscales à l’appui de la presse écrite annoncées dans le budget fédéral en mars 2019.

« Nous sommes conscients que le Groupe indépendant d’experts travaillait dans les limites de la législation adoptée dont la plupart des paramètres ne s’appliquent pas à environ 90 % de journaux communautaires de langues officielles en situation minoritaire », affirme Francis Sonier, président de l’APF. « Nous sommes toutefois soulagés de constater la sensibilité des membres du groupe aux réalités de nos journaux en recommandant de mesures concrètes d’appui à notre secteur dans son rapport », ajoute-t-il.

L’APF s’engage à travailler étroitement avec le gouvernement fédéral afin de s’assurer de la mise en œuvre rapide de ces recommandations.

En mai dernier, le ministre Rodriguez a invité huit associations à nommer un représentant afin de siéger sur le Groupe indépendant d’experts. Les membres de l’APF ont désigné Pierre-Paul Noreau, président et éditeur du journal Le Droit titre de représentant.  L’APF remercie Pierre-Paul Noreau pour son engagement et sa précieuse contribution au sein de ce groupe.

Le rapport final et les comptes rendus des rencontres du Groupe indépendant d’experts peuvent être consultés en suivant les liens ci-après :

Pour plus de renseignements :
Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]

Catégories
nouvelles

Déclaration du président de l’APF suite à l’enquête d’ONFR+ LES AGISSEMENTS DE NOUVELLES COMMUNAUTAIRES/COMMUNITY DIGEST

« L’Association de la presse francophone est très préoccupée par les conclusions émanant de l’enquête d’ONFR+ sur les agissements de Nouvelles communautaires/Community Digest. Il est inadmissible d’utiliser le travail légitime de journalistes sans leur autorisation, surtout pour en retirer des gains pécuniaires.

Qui plus est, les pratiques douteuses de Nouvelles communautaires/Community Digest entachent la réputation de tout le secteur de la presse écrite communautaire auprès du public et des instances gouvernementales. Au quotidien, les équipes de ces journaux travaillent d’arrachepied pour être le reflet de leurs communautés et leur offrir une information de qualité.

En collaboration avec ses partenaires du secteur médiatique communautaire, l’APF travaille sans arrêt à sécuriser des appuis financiers gouvernementaux afin que les médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire puissent continuer à servir l’intérêt public et la démocratie des populations qu’ils desservent. Les sommes usurpées par Nouvelles communautaires/Community Digest auraient pu faire une grande différence pour tous nos journaux membres qui sont confrontés quotidiennement à des défis de taille.

L’APF espère toutefois qu’il ne s’agisse que d’un cas isolé, car celui-ci ne reflète aucunement les valeurs qui règnent au sein de notre secteur.

Au Canada, seuls les médias crédibles font preuve de rigueur et de transparence en affichant publiquement leurs normes et pratiques journalistiques. Les journaux membres de l’APF font de même en adhérant à la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire.

En plus de lutter contre les fausses nouvelles, nous voilà en train de lutter contre les faux médias. L’APF tient à rappeler au public l’importance de consulter des sources d’information reconnues qui affichent publiquement leurs normes et leurs pratiques journalistiques. »

Francis Sonier
Président
Association de la presse francophone

——-
Personne-ressource
Linda Lauzon
Directrice générale
Association de la presse francophone
613-241-1017
[email protected]

L’APF applique l’orthographe rectifiée

Catégories
communiqués de presse

L’APF nomme Pierre-Paul Noreau au Groupe indépendant d’experts sur le journalisme et la presse écrite

L’Association de la presse francophone (APF) annonce la nomination de Pierre-Paul Noreau, président et éditeur du journal Le Droit, en tant représentant officiel au sein du Groupe indépendant d’experts sur le journalisme et la presse écrite qui sera chargé de définir les critères d’admissibilité pour les mesures fiscales d’aide aux médias qui ont été annoncées dans le budget fédéral 2019.

Pierre-Paul Noreau compte plus de 40 années d’expérience dans le secteur de la presse écrite. Il a débuté sa carrière dans un journal communautaire, L’Écho de la Tuque, pour ensuite assumer tour à tour diverses fonctions auprès du quotidien Le Soleil de Québec, dont correspondant parlementaire, chef de pupitre et chef des nouvelles. M. Noreau siège présentement au conseil d’administration du Conseil de presse du Québec et au conseil d’administration de News Media Canada.

« Pierre-Paul Noreau comprend très bien les réalités des salles de rédaction au pays et détient une expertise reconnue au sein du groupe d’experts. Nous sommes d’autant plus confiants en sa capacité de représenter les intérêts des divers journaux qui desservent des communautés francophones en situation minoritaire », affirme, Francis Sonier, président de l’APF.

Le 22 mai, l’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme a invité huit associations du secteur canadien du journalisme, dont l’APF, à soumettre le nom d’un représentant pour participer aux travaux de ce groupe indépendant d’experts. D’ici à la fin juillet, le groupe formulera des recommandations au bureau du ministre quant à la mise en œuvre des mesures d’aide aux médias annoncées par le fédéral en mars 2019.

 

Pour plus de renseignements :

Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]

Catégories
communiqués de presse

Tourisme Î.-P.-É., partenaire officiel du Congrès national annuel 2019 de l’Association de la presse francophone (APF)

L’Association de la presse francophone (APF) est fière de compter sur l’appui de Tourisme Île-du-Prince-Édouard à titre de partenaire officiel de son congrès 2019 qui se tiendra du 8 au 10 aout à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard. Chaque année, l’APF tient son congrès annuel dans une région desservie par un de ses journaux membres. La Voix acadienne, seul journal de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard, est le journal hôte.

Le ministère du Développement économique et du Tourisme a pour rôle d’appuyer l’économie touristique de la province en offrant des possibilités d’affaire, de commerce et d’emplois. Tourisme Î.-P.-É. se donne pour mandat de faire rayonner la province en faisant sa promotion comme destination touristique incontournable. « Nous sommes heureux que l’Association de la presse francophone ait choisi l’Île-du-Prince-Édouard pour son Congrès national annuel 2019. Le fait qu’il coïncide avec le Congrès mondial acadien le rend d’autant plus spécial.  Nous avons hâte d’accueillir les médias francophones de partout au pays. » L’honorable Matthew MacKay, ministre de la Croissance économique, du Tourisme et de la Culture.

Le Congrès annuel national 2019 de l’APF se déroulera sous le thème « Les journaux communautaires francophones, plus que jamais ancrés dans leur communauté ! » En plus de participer aux activités prévues au programme et de découvrir les multiples facettes de l’Île, les représentants des 23 journaux membres de l’APF participeront également aux cérémonies d’ouverture Congrès mondial acadien 2019 le 10 aout prochain.

De plus, afin de faire découvrir au public les plus beaux trésors de l’Île-du-Prince-Édouard, Francopresse diffusera sur ses plateformes numériques une série de quatre articles à saveur touristique et culturelle. Ces articles se retrouveront aussi dans les pages de certains journaux membres de l’APF. Le premier article sera disponible en ligne sur Francopresse.ca dès juin 2019.

« L’APF remercie sincèrement Tourisme I.-P.-É. pour son appui. Nous espérons que la tenue du congrès national de l’APF nous permettra de faire rayonner cette splendide province canadienne » souligne Francis Sonier, président de l’APF. « Toute notre équipe et nos membres sont impatients de se rendre à Charlottetown et de vivre d’authentiques expériences prince-édouardiennes », ajoute-t-il.

Pour plus de renseignements :
Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]

Catégories
communiqués de presse

L’APF annonce ses finalistes pour les Prix d’excellence 2019

 L’Association de la presse francophone (APF) est fière de présenter les finalistes des Prix d’excellence de la presse francophone 2019.

Chaque année, l’APF reconnait le travail de ses journaux membres en remettant un total de quatorze (14) prix. En plus des trois (3) prix d’excellence générale et des dix (10) prix d’excellence remis, le journal ayant reçu le plus haut pointage cumulatif des prix d’excellence générale décroche le titre de Journal de l’année.

L’APF tient à remercier sincèrement les 27 membres du jury 2019, détenant des expertises connexes aux catégories en lice, d’avoir pris du temps de leur horaire chargé afin de procéder à l’évaluation de quelque 160 candidatures. (Consulter la liste des membres du jury en annexe.)

Les gagnants seront annoncés lors de l’Anti-Gala des Prix d’excellence de la presse francophone 2019 qui se tiendra le jeudi 8 août à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard. Sous le thème « On part le bal ! » et animée par l’humoriste Jean-Sébastien (Bass) Lévesque, la soirée s’annonce haute en couleur.

SANS PLUS TARDER, VOICI LES FINALISTES (en ordre alphabétique) :

Prix d’excellence pour l’article d’actualité de l’année
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)
L’Aurore boréale (Yukon)
Le Voyageur (Nord de l’Ontario)

Prix d’excellence pour l’article « Arts et culture » de l’année 
La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)
Le Franco (Alberta)
Le Voyageur (Nord de l’Ontario)

Prix d’excellence pour l’article communautaire de l’année 
Agricom (Ontario)
La Liberté (Manitoba)
L’Aurore boréale (Yukon)
La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)

Prix d’excellence pour l’éditorial de l’année
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)
La Liberté (Manitoba)
La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)

Prix d’excellence pour la « une » de l’année
L’Aurore boréale (Yukon)
Le Droit (Ottawa)
Le Goût de vivre (Huronie, Ontario)

Prix d’excellence pour la photographie de l’année
La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)
L’Express (Toronto)
L’Orléanais (Orléans, Ontario)

Prix d’excellence pour l’annonce fabriquée « maison » de l’année
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)
L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)
Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Prix d’excellence pour le cahier spécial de l’année
La Liberté (Manitoba)
L’Eau Vive (Saskatchewan)
L’Orléanais (Orléans, Ontario)

Prix d’excellence pour le projet spécial de l’année
La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)
Le Courrier de la Nouvelle-Écosse
Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Prix d’excellence pour la meilleure présence numérique
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunwick)
La Liberté (Manitoba)
L’Express (Toronto)

Prix d’excellence générale

Prix d’excellence Antidote pour la qualité du français
La Liberté (Manitoba)
L’Aurore boréale (Yukon)
Le Franco (Alberta)

Prix d’excellence générale pour la qualité graphique du journal
L’Aurore boréale (Yukon)
Le Franco (Alberta)
L’Express (Toronto)

Prix d’excellence générale pour la rédaction journalistique
L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)
Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)
L’Express (Toronto)

Journal de l’année
Le Franco (Alberta)
Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)
L’Express (Toronto)

Pour de plus amples renseignements :
Linda Lauzon, directrice générale
(613) 276-6363
[email protected]

Membres du jury des 
Prix d’excellence de la presse francophone 2019

Zaahirah Atchia : Directrice générale, CHOQ FM (Toronto)
Céline Bastien : Enseignante en français au secondaire, École secondaire catholique de Casselman (Ontario)
Jacques Beaupré Ancien journaliste et directeur de l’information à la retraite, Radio-Canada (Alberta)
Denis Bertrand : Expert-conseil, développement de publics pour les arts et sports
Martin Bouchard : Coordonnateur des communications, Conseil de développement économique de l’Alberta
Ronald Boudreau : Enseignant et administrateur à la retraite
Lucile Caron : Traductrice-réviseure à la retraite
François Carrier : Directeur général, CHIP 101,9 (Pontiac)
Bernard Charlebois : Enseignant, consultant web et réseaux sociaux
Simon Forgues : Agent en développement et communications, Alliances des radios communautaires du Canada
Étienne Fortin-Gauthier : Journaliste et animateur, #ONfr
Louise Gagné : Membre de comité de rédaction, Magazine Reflet de Société (Québec)
Mireille Groleau : Agente de liaison, Commissariat aux langues officielles
Chantal Lalonde : Designer graphique, Chantal Lalonde Design
Michelle Landry : Professeure de sociologie, Campus de Shippagan de l’Université de Moncton
Martine Leroux : Gestionnaire fondatrice, SMART communication
Yvan Noé Girouard : Directeur général, Association des médias écrits du Québec
Martin Normand Stagiaire postdoctoral (Science politique) à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques, Université d’Ottawa / Chroniqueur en affaires francophones, RadioVM & ICI Radio-Canada Première (Ottawa-Gatineau)
Samy Khalid : Héraut d’armes, Autorité héraldique du Canada
Philippe Orfali : Journaliste économique, Journal de Montréal
Carl Poirier : Directeur créatif, Cayenne creative
Frédéric Projean : Journaliste, ICI Radio-Canada Première (CBON)
Jérémie Ruellan : Responsable des communications et des relations extérieures à la Direction régionale Amériques, Agence universitaire de la Francophonie
Paryse St-Pierre : Vice-présidente marketing, Réseau des Femmes d’affaires (Ottawa-Gatineau)
Richard Tardif : Journaliste et photographe reconnu / Ancien directeur général de Quebec community Newspaper Association (QCNA)
Benjamin Vachet Reporter national, #ONfr
Louise Varagnolo : Directrice, École de la fonction publique du Canada

Catégories
nouvelles

Déclaration du président de l’APF dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Déclaration du président de l’Association de la presse francophone (APF), Francis Sonier, dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Défendre la liberté de presse chez-nous autant qu’ailleurs

 « Le phénomène de la désinformation n’est pas nouveau, mais il attire beaucoup l’attention ces dernières années. À l’ère du numérique, nous avons un accès facile à une très grande quantité d’information, de qualité variable, qui évolue très rapidement. En tant que citoyens, nous devons être vigilants, nous questionner sur les sources d’information et les intentions de ceux qui les produisent. N’importe qui peut devenir producteur de contenu d’information. Que ce soit le simple citoyen, la grande corporation internationale ou un parti politique. En cette année électorale au fédéral, nous devons y prêter une attention particulière.

Le thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse de cette année est : Médias pour la démocratie : le journalisme et les élections en période de désinformation. Un thème qui tombe à point alors que récemment, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a remis en question la pertinence du travail des journalistes sous prétexte qu’il peut s’adresser directement aux citoyens via les médias sociaux. Des propos qui nous donnent l’occasion de réfléchir au rôle de chien de garde de la démocratie des médias dans notre société.

La presse communautaire joue un rôle fondamental dans la protection de la démocratie. Elle limite les risques d’érosion de l’information en assurant un lien de proximité entre les citoyens et les acteurs de la nouvelle tout en offrant une perspective locale sur l’actualité. Ce que les grands médias d’information peuvent faire difficilement en raison de la nature de leurs mandats.

Pour assurer l’indépendance des salles de rédaction de ses journaux membres et réaffirmer leur rôle dans les collectivités, en 2017, l’APF a pris le taureau par les cornes en se dotant de la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada. En adhérant à la Charte, les journaux “[défendent] la liberté de presse et le droit d’accès du public à l’information” et peuvent “jouer un rôle de surveillance à l’égard des instances et groupes financés par l’État ou par des collectes publiques de fonds.”

Il relève de l’intérêt public d’avoir accès à de l’information objective, de qualité et impartiale. C’est pourquoi la liberté de presse est essentielle au maintien d’une démocratie saine. D’ailleurs, rappelons-nous qu’au Canada, l’article 2b de la Charte des droits et libertés garantit la liberté de presse et d’autres moyens de communication comme droit fondamental.

Je salue aussi le travail des journalistes d’ailleurs dans le monde, qui jour après jour, questionnent, analysent et, parfois, courent des risques afin d’informer le public et de protéger les démocraties. Malheureusement, dans plusieurs pays, certains doivent le faire au péril de leur vie. Le classement mondial de la liberté de la presse 2019 de Reporters sans frontières (RSF), où le Canada occupe le 18e rang sur 180 pays et territoires, révèle que : “les conditions des travailleurs de l’information se sont dégradées, d’autant que ‘la haine’ envers les journalistes ‘a dégénéré en violence’”.

Le droit à la liberté de presse relève de la responsabilité de tous. Les journalistes doivent pouvoir exercer leur métier librement et en sécurité afin de fournir une information fiable, rigoureuse et objective. Le public peut ainsi prendre des décisions éclairées sur les divers enjeux de nos sociétés.

Profitons de la Journée mondiale de la liberté de la presse pour nous rappeler notre droit collectif d’être informé ! »

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias. – Site web de l’ONU https://www.un.org/fr/events/pressfreedomday/

Francis Sonier
Président
Association de la presse francophone


Personne-ressource
Linda Lauzon
Directrice générale
Association de la presse francophone
613-241-1017
[email protected]

Catégories
nouvelles

Lettre ouverte : La presse communautaire en situation minoritaire laissé-pour-compte dans le budget fédéral 2019

L’honorable Mélanie Joly, ministre du Tourisme des Langues officielles et de la Francophonie

L’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme

Madame la ministre,
Monsieur le ministre,

L’Association de la presse francophone (APF) et Quebec Community Newspapers Association (QCNA) attendaient le dépôt du Budget 2019 du gouvernement fédéral avec beaucoup d’espoir. Depuis 2016, l’APF et QCNA ont partagé leurs attentes avec le gouvernement afin que les journaux de nos communautés de langues officielles en situation minoritaire (CLOSM) puissent continuer de protéger la démocratie et servir l’intérêt public au sein de leurs communautés respectives.

Les mesures proposées dans votre budget pour le Soutien au journalisme canadien démontrent que le gouvernement n’a pas tenu compte des journaux canadiens les plus vulnérables, ceux qui desservent les CLOSM dans les 10 provinces et 3 territoires du Canada. Les critères d’admissibilité proposés pour une organisation journalistique canadienne admissible (OJCA) ne tiennent pas compte des besoins et des réalités des plus petits journaux de nos CLOSM.

En raison des décisions prises par le gouvernement fédéral dans la dernière décennie, notamment la quasi-disparition de la publicité fédérale dans les médias des CLOSM, la majorité de nos journaux ont été contraints d’adapter leur modèle d’affaires en diminuant le nombre de journalistes. Or, pour être considéré une OJCA et être admissible au crédit d’impôt, le média doit employer au minimum deux journalistes à au moins 26 heures par semaine. Le média ne pourra pas non plus avoir accès au crédit d’impôt s’il bénéficie déjà d’une subvention du programme Aide aux éditeurs du Fonds du Canada pour les périodiques. Ces critères disqualifient plusieurs de nos journaux deux fois plutôt qu’une.

Pourtant, la partie VII de la Loi sur les langues officielles (LLO) oblige les institutions fédérales à appliquer, lorsqu’ils développent des programmes et services, des critères qui tiennent compte des réalités et des besoins des CLOSM.

Les médias communautaires jouent un rôle essentiel dans le développement et l’épanouissement des CLOSM et sont souvent la seule source d’information écrite de langues officielles en situation minoritaire de toute une province ou un territoire. Le rapport du Comité permanent du patrimoine canadien (juin 2017) en fait d’ailleurs éloquemment foi. Les conclusions du rapport final d’enquête du Commissariat aux langues officielles (juin 2017) abondent dans le même sens.

Si le Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 nous proposait un certain appui pour mieux desservir les CLOSM en matière de journalisme civique, les mesures ne répondent que partiellement aux besoins criants de nos journaux, qui malgré leurs efforts soutenus n’arrivent pas à couvrir les pertes substantielles des dix dernières années.

À ce stade-ci, le statuquo n’est pas acceptable puisqu’il fera en sorte que les plus vulnérables seront moins bien servis et que certains de nos médias ne survivront pas. Nous communiquerons avec votre bureau dans les prochains jours afin d’obtenir une rencontre d’urgence afin d’identifier, avec vous, des solutions gagnantes pour veiller à ce que le gouvernement respecte ses obligations en vertu de la partie VII de la LLO et permette aux journaux communautaires de langues officielles en situation minoritaire de profiter des mesures positives de Soutien au journalisme canadien annoncées dans votre budget cette semaine.

FRANCIS SONIER
Président
Association de la presse francophone
Newspapers Association

 

LILY RYAN
Présidente intérimaire
Quebec Community Newspapers Association

Catégories
communiqués de presse

Budget fédéral 2019. Vives déceptions pour les médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire

Bien que l’Association de la presse francophone (APF) était optimiste quant aux trois mesures de soutien contenues dans l’Énoncé économique de novembre 2018, elle est très préoccupée et surtout déçue des critères annoncés dans le budget Morneau 2019 afin d’appuyer la mise en œuvre de ces trois mesures (p. 207 du Budget de 2019).

« La situation est alarmante. L’APF milite pour la mise en place de ces mesures de soutien depuis 2016. Pourtant, les mesures annoncées dans le budget Morneau d’hier ne tiennent aucunement compte des réalités et des besoins criants des plus petits journaux en situation minoritaire », affirme Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone.

Par exemple, pour être considérée une organisation journalistique canadienne admissible (OJCA), « l’organisation doit régulièrement employer au moins deux journalistes ». Or, plus de la moitié des journaux communautaires de langues officielles en situation minoritaire ne répondent pas à ce critère. De plus, le budget confirme que les quelques journaux membres de l’APF qui bénéficient du programme Aide aux éditeurs du Fonds du Canada pour les périodiques ne seront pas admissibles aux crédits d’impôt, même de façon complémentaire.

« Les rares programmes d’aide disponibles pour les journaux communautaires sont déjà très restrictifs. Les décisions prises par le gouvernement fédéral dans la dernière décennie ont eu pour effet de forcer les journaux communautaires à réduire leurs effectifs permanents et à adapter leur modèle de prestation de services en utilisant des sous-traitants », explique Francis Sonier. Conséquemment, le budget Morneau les disqualifie automatiquement, ajoute-t-il.

Bien que le gouvernement ait confirmé la mise sur pied d’un comité d’experts indépendant responsable d’appuyer la mise en œuvre et recommander les critères d’admissibilité aux mesures fiscales d’appui au journalisme, l’APF est très inquiète de la représentativité de son secteur à ce comité. De plus, l’APF est d’avis que les élections fédérales de l’automne et la lourdeur administrative habituelle de l’appareil gouvernemental pour la mise en œuvre de telles mesures se solderont inévitablement en délais de mise en œuvre inacceptables pour ces journaux.

L’APF demandera une rencontre d’urgence avec les ministres responsables de ce dossier.

Pour plus de renseignements :

Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]

Catégories
communiqués de presse

Deux nouveaux journaux membres pour l’APF

L’Association de la presse francophone (APF) est heureuse d’annoncer l’arrivée de deux nouveaux journaux parmi ses membres.

La Presse communautaire de Kapuskasing et Le Saint-Jeannois de St-Jean (NB) ont adhéré à l’APF en janvier 2019.

« Le collectif de l’APF se voit encore une fois enrichi par la contribution de deux journaux qui remplissent un rôle essentiel dans leur communauté respective, déclare le président du conseil d’administration de l’APF, Francis Sonier. L’APF se veut plus que jamais inclusive et un reflet de toute la diversité et la richesse de la presse écrite de langue française en situation minoritaire, » ajoute-t-il.

« Dans le contexte actuel où les communautés francophones minoritaires font la manchette nationale pour des raisons peu rassurantes, l’adhésion de notre journal Le Saint-Jeannois est encore plus importante. Les médias francophones doivent unir leurs forces pour que tout le monde au pays soit au courant de la vigueur de nos communautés. », déclare Jonathan Poirier, rédacteur en chef du journal Le Saint-Jeannois.

« L’équipe du nouveau journal de Kapuskasing, La Presse communautaire, est fière de se joindre à la grande famille de l’APF, souligne son directeur général, Claude Chabot. L’appui d’un organisme comme l’APF est essentiel pour les médias écrits desservant une population francophone en situation minoritaire ; non seulement pour briser l’isolement des journaux dans les régions éloignées, mais aussi pour encourager les échanges de services et les partenariats au sein du secteur. », ajoute-t-il

Avec l’ajout du Saint-Jeannois et de La Presse communautaire, l’APF compte maintenant 23 journaux membres dans huit (8) provinces et trois (3) territoires du Canada :

Atlantique

Ontario

Ouest et territoires

Pour plus de renseignements :
Linda Lauzon,
directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]

Fondée en 1976, l’APF rassemble, appuie et représente ses publications membres afin d’assurer leur vitalité et leur pérennité, contribuant ainsi au développement et au rayonnement des populations francophones et acadiennes du Canada.

Catégories
Uncategorized

Lancement de l’Initiative de journalisme local – APF

L’Association de la presse francophone (APF) annonce le lancement de l’Initiative de journalisme local (IJL). L’IJL est une initiative du Gouvernement du Canada destinée à offrir de la couverture journalistique dans les régions mal desservies du pays.

L’APF fait partie des sept organisations mandatées par le Gouvernement du Canada pour mettre sur pied l’IJL. On compte parmi les autres bénéficiaires du programme des radios et des télévisions communautaires ainsi que des journaux de langue anglaise en situation minoritaire et des médias ethniques.

Fonctionnement de l’Initiative de journalisme local — APF

L’Initiative de journalisme local – APF compte quatre journalistes-coordonnateurs dans les grandes régions couvertes par l’APF, soit l’Atlantique, l’Ontario, l’Ouest et les Territoires ainsi qu’une coordination nationale qui assurera la liaison avec les organes de presse qui souhaitent publier les contenus. D’ici à la fin mars 2021, des journalistes de partout au pays produiront près de 1 000 articles sur des enjeux ou des régions mal desservies par les médias de langue française.

Tous les articles produits dans le cadre de l’IJL seront disponibles en ligne à l’adresse suivante : ijl.apf.ca et seront rendus disponibles gratuitement à tous les organes de presse de langue française qui souhaitent les publier en version électronique ou les utiliser dans des interventions à la radio ou à la télévision.

Pour toute question concernant l’IJL-APF, veuillez communiquer avec la coordonnatrice nationale, Mélanie Tremblay à : [email protected].

Ce projet est rendu possible grâce au gouvernement du Canada.

Pour plus de renseignements :
Linda Lauzon, directrice générale
Association de la presse francophone
(613) 276-6363
[email protected]