Catégories
communiqués de presse

RÉSEAU.PRESSE DÉVOILE LES LAURÉATS DES PRIX D’EXCELLENCE DE LA PRESSE FRANCOPHONE 2021

Réseau.Presse est fier de vous présenter les lauréats des Prix d’excellence de la presse francophone 2021. Ceux-ci ont été dévoilés ce soir, via la Page Facebook de Réseau.Presse, lors d’un Anti-Gala virtuel animé par l’humoriste, comédienne et animatrice franco-manitobaine, Micheline Marchildon, sous le thème « Retour à la source ». Pour tous ceux qui souhaitent vivre ou revivre cette soirée riche en humour, la vidéo de l’Anti-Gala reste disponible sur notre Page Facebook.

LES LAURÉATS 2021 SONT :

JOURNAL DE L’ANNÉE
Le Voyageur (Nord de l’Ontario)

PRIX D’EXCELLENCE GÉNÉRALE

Prix d’excellence générale Antidote pour la qualité éditoriale
Le Voyageur (Nord de l’Ontario)

Prix d’excellence générale pour la qualité graphique
La Liberté (Manitoba)

Prix d’excellence générale pour la présence numérique
L’Express (Toronto)

PRIX D’EXCELLENCE

Prix d’excellence pour l’article d’actualité de l’année
L’Eau Vive (Saskatchewan)
Pour l’article « Grippe espagnole et COVID-19, quand l’histoire se répète » signé par Sébastien Durand

Prix d’excellence pour l’article « Arts et culture » de l’année 
L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)
Pour l’article « Riopelle sur une glace fine » signé par Denis Lord

Prix d’excellence pour l’article communautaire de l’année 
Le Nunavoix (Nunavut)
Pour l’article « Arpenter sa cour arrière… en 14 jours » signé par Simon Houle

Prix d’excellence pour l’éditorial de l’année
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)
Pour l’éditorial « L’unilinguisme du premier ministre en temps de crise est un problème » signé par François Gravel

Prix d’excellence pour la chronique de l’année 
L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)
Pour la chronique « Je ne m’appelle pas George; je suis George » signé par Angélique Ruzindana Umunyana

Prix d’excellence pour la nouvelle exclusive de l’année
Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)
Pour l’article « Le réseau d’Énergie NB montre son âge » signé par Cédric Thévenin

Prix d’excellence pour la « Une » de l’année
Agricom (Ontario)

Prix d’excellence pour la photographie de l’année
Le Droit (Ottawa)
Pour la photographie « Manifestation du mouvement Black Lives Matter à Ottawa » capturée par Simon Séguin-Bertrand

Prix d’excellence pour le projet spécial imprimé de l’année
La Liberté (Manitoba)

Prix d’excellence pour le projet numérique de l’année
Ex aequo
L’Aurore boréale (Yukon)
et
Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Réseau.Presse est fier de présenter le tout nouveau trophée officiel des Prix d’excellence de la presse francophone, une œuvre originale de l’artiste Pascal Demonsand. Pour consulter la présentation du trophée : https://tinyurl.com/8r9fv48w. Crédit photo : Amélie Lafrance

PRIX RECONNAISSANCE FRANCOPRESSE ET IJL

Prix reconnaissance Francopresse pour l’article de l’année 
Laurent Rigaux
Pour l’article « Donner un sens aux statistiques de la pandémie, une question de communication »

Prix reconnaissance Francopresse pour la chronique de l’année 
Julie Gillet
Pour la chronique « Cette chronique n’est pas drôle, mais elle est nécessaire »

Prix reconnaissance IJL pour l’article de l’année
Marine Ernoult
Pour l’article « L’Île-du-Prince-Édouard, la « food island » ou les enfants ont faim »

Découvrez les finalistes des Prix d’excellence de la presse francophone 2021

Visionnez la vidéo promotionnelle 2021

Réseau.Presse tient à féliciter tous les lauréats et finalistes pour leur travail remarquable. Réseau.Presse tient également à remercier les commanditaires des Prix d’excellence de la presse francophone 2021.

Commandité par :

  

 

 

– 30 –

Pour de plus amples renseignements :
Julia Blonda, Gestionnaire des communications
(613) 241-1017 (poste 104)
[email protected]

Catégories
communiqués de presse

RÉSEAU.PRESSE ANNONCE LES FINALISTES  DES PRIX D’EXCELLENCE DE LA PRESSE FRANCOPHONE 2021

Le 28 juin 2021 — Réseau.Presse est heureux de présenter les finalistes des Prix d’excellence de la presse francophone 2021(Consultez la liste des finalistes à l’annexe A.)

Chaque année, les Prix d’excellence reconnaissent et mettent en valeur le travail des journaux membres de Réseau.Presse en remettant quatorze (14) prix :

  • dix (10) prix d’excellence,
  • trois (3) prix d’excellence générale, et
  • le prix du Journal de l’année.

Cette année, les trois (3) prix hors catégories suivants seront décernés afin de reconnaitre le travail des artisans de Francopresse et de l’IJL (Initiative de journalisme local) : (Consultez la liste des finalistes à l’annexe B.)

  • Prix reconnaissance pour l’article Francopresse de l’année,
  • Prix reconnaissance pour la chronique Francopresse de l’année, et
  • Prix reconnaissance pour l’article IJL de l’année.

Réseau.Presse tient à remercier et à souligner le travail des 27 membres du jury 2021 qui ont mis à profit leurs expertises afin d’évaluer pas moins 190 candidatures soumises. (Consultez la liste des membres du jury à l’annexe C.)

Les gagnants 2021 seront annoncés le jeudi 16 septembre à 19 h (HAE) via la page Facebook de Réseau.Presse par l’entremise d’un Anti-Gala virtuel animé par l’humoriste, comédienne et animatrice franco-manitobaine, Micheline Marchildon.

– 30 –

Pour de plus amples renseignements :
Linda Lauzon, directrice générale
Réseau.Presse
613-276-6363
[email protected]

 

ANNEXE A
FINALISTES DES PRIX D’EXCELLENCE DE LA PRESSE FRANCOPHONE

JOURNAL DE L’ANNÉE

L’Aurore boréale (Yukon)

L’Express (Ontario)

Le Voyageur (Ontario)

PRIX D’EXCELLENCE GÉNÉRALE

Prix d’excellence générale Antidote pour la qualité éditoriale

L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)

L’Aurore boréale (Yukon)

Le Voyageur (Ontario)

Prix d’excellence générale pour la qualité graphique

L’Aurore boréale (Yukon)

L’Eau Vive (Saskatchewan)

La Liberté (Manitoba)

Prix d’excellence générale pour la présence numérique

L’Express (Ontario)

Le Droit (Ontario)

Le Voyageur (Ontario)

PRIX D’EXCELLENCE 

Prix d’excellence pour l’article d’actualité de l’année

L’Eau Vive (Saskatchewan)

Le Franco (Alberta)

Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Prix d’excellence pour l’article « Arts et culture » de l’année 

L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)

L’Aurore boréale (Yukon)

L’Eau Vive (Saskatchewan)

Prix d’excellence pour l’article communautaire de l’année 

Agricom (Ontario)

L’Orléanais (Ontario)

Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Le Nunavoix (Nunavut)

Prix d’excellence pour l’éditorial de l’année

Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)

Agricom (Ontario)

La Liberté (Manitoba)

Prix d’excellence pour la chronique de l’année 

Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)

L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)

Le Goût de vivre (Ontario)

Le Voyageur (Ontario)

Prix d’excellence pour la nouvelle exclusive de l’année

Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)

Agricom (Ontario)

L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)

L’Aurore boréale (Yukon)

Prix d’excellence pour la « Une » de l’année

Agricom (Ontario)

L’Eau Vive (Saskatchewan)

Le Droit (Ottawa)

Le Nord (Ontario)

Prix d’excellence pour la photographie de l’année

Acadie Nouvelle (Nouveau-Brunswick)

Agricom (Ontario)

Le Droit (Ottawa)

Le Voyageur (Ontario)

Prix d’excellence pour le projet spécial imprimé de l’année

L’Aquilon (Territoires du Nord-Ouest)

La Liberté (Manitoba)

La Voix acadienne (Île-du-Prince-Édouard)

Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

Prix d’excellence pour le projet numérique de l’année

L’Aurore boréale (Yukon)

La Liberté (Manitoba)

Le Gaboteur (Terre-Neuve-et-Labrador)

 

ANNEXE B
FINALISTES — PRIX RECONNAISSANCE FRANCOPRESSE ET IJL

Prix reconnaissance pour l’article Francopresse de l’année 

Andréanne Joly

André Magny

Laurent Rigaux

Prix reconnaissance pour la chronique Francopresse de l’année 

Julie Gillet

Martin Normand

Réjean Paulin

Prix reconnaissance pour l’article IJL de l’année

Marine Ernoult

Laurent Rigaux

Paul-François Sylvestre

 

ANNEXE C
MEMBRES DU JURY 2021

Prix d’excellence de la presse francophone 
(En ordre alphabétique)

Zaahirah Atchia : Directrice générale de la radio communautaire CHOQ FM 105.1
Alice Beaubien : Photographe et graphiste
Jacques Beaupré : Ancien journaliste et directeur de l’information à la retraite à Radio-Canada
Carolle Anne Bilodeau Enseignante de français à la retraite
François Carrier : Directeur général de la radio communautaire CHIP 101,9
Bernard Charlebois : Enseignant à La Cité collégiale et consultant web et réseaux sociaux
Maud Cucchi : Journaliste à Radio-Canada
Vanessa Dejean : Gestionnaire de projets multiplateformes pour le secteur Communications et Marketing à Radio-Canada Ontario
Simon Forgues : Directeur du développement et des communications à l’Alliance des radios communautaires du Canada
Yvan Noé Girouard : Directeur général de l’Association des médias écrits du Québec
Chantal Lalonde : Designer graphique chez Chantal Lalonde Design
Brigitte Noël : Journaliste à l’émission Enquête de Radio-Canada
Martin Normand : Directeur de la recherche stratégique et des relations internationales à l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne
Philippe Orfali : Conseiller principal, Communications et rayonnement international à la Caisse de dépôt et placement du Québec
Carl Poirier Directeur créatif et stratège de marque chez Cayenne Creative
Frédéric Projean : Journaliste sur le terrain pour l’émission Le matin du Nord de Radio-Canada
Jean-Sébastien Racine : Spécialiste en produits de communications pour le Commissariat aux langues officielles
Emmanuelle Rigaud : Directrice générale des Éditions du Blé
Aïda Semlali :  Communications et recherche à la Fédération culturelle canadienne-française
Denis Simard : Président de l’Assemblée communautaire fransaskoise
Paryse St-Pierre : Directrice-propriétaire chez PSP Stratégies Conseils
Benjamin Vachet : Reporter national à #ONfr

Prix reconnaissance Francopresse et IJL
(En ordre alphabétique)

Florence Bolduc : Journaliste indépendante
Mireille Groleau : Coordination, Coalition nord-ontarienne pour une université de langue française
Pierre-Paul Noreau : Membre du Conseil consultatif indépendant sur l’admissibilité aux
mesures fiscales pour soutenir le journalisme canadien, président de la Fondation Michener, ex-président du quotidien Le Droit
Émilie Pelletier : Cheffe de bureau parlementaire à l’Assemblée législative de l’Ontario pour le quotidien Le Droit
Daniel Tremblay : Professeur et Coordonnateur, programme de Journalisme chez Collège La Cité

 

Catégories
nouvelles

Lettre ouverte au Premier ministre Justin Trudeau

L’inaction du gouvernement met en danger les médias d’information canadiens.

Monsieur le Premier Ministre, 

Allons droit au but. Nous, les signataires de cette lettre, sommes des concurrents. Nous publions des nouvelles dans toutes les régions du Canada, dans les deux langues. Nous ne voyons pas souvent les choses du même œil. 

Cette lettre ouverte qui vous est adressée ̶ et la place que nous lui accordons dans nos publications  ̶ est donc sans précédent, tout comme la menace qui pèse sur les médias d’information au Canada. Et, franchement, l’inaction de votre gouvernement est si choquante qu’elle exige des mesures exceptionnelles. 

Pendant des mois, vous et le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, avez promis d’agir pour mettre un frein aux pratiques monopolistiques et prédatrices de Google et de Facebook qui nuisent aux médias d’information canadiens. Malheureusement, tout ce que nous avons jusqu’à présent, ce sont des paroles. Des paroles qui, chaque semaine, deviennent de plus en plus creuses. 

Utiliser sans payer

Google et Facebook utilisent leur contrôle d’Internet et leurs algorithmes très sophistiqués pour détourner 80 % de tous les revenus publicitaires en ligne au Canada. Ils partagent le travail des journalistes professionnels à travers le pays, sans compensation. 

Les deux géants du web utilisent leur pouvoir monopolistique de la même façon dans le monde entier, en privant le journalisme des ressources financières dont il a besoin pour survivre. Ce n’est pas seulement un problème canadien. La différence, c’est que d’autres pays s’y opposent. 

En Australie, le Parlement, avec le soutien de tous les partis, a adopté une nouvelle législation exigeant que Google et Facebook négocient collectivement avec les médias australiens. Ces nouvelles règles sont également accompagnées d’un dispositif d’application rigoureux.

À maintes reprises, vous, votre ministre du Patrimoine canadien et d’autres représentants élus, vous vous êtes engagés à prendre des mesures similaires. Après des mois de promesses, il n’y a toujours pas de législation. 

Diviser pour mieux régner

À l’approche des vacances parlementaires d’été et de la forte possibilité d’une élection générale à l’automne, les mots seuls ne suffiront pas à soutenir les journalistes canadiens pendant les longs mois d’inaction législative et face aux jeux de pouvoir incessants de Google et Facebook. 

En effet, Facebook a récemment annoncé des accords commerciaux à court terme avec quelques médias canadiens. Tant que les médias d’information ne pourront pas négocier collectivement avec Google et Facebook, les deux multinationales continueront à diviser pour mieux régner, en utilisant leur position dominante sur le marché pour imposer des conditions qui leur sont favorables. L’inaction du gouvernement a créé un vide et place certains éditeurs dans une position désavantageuse dans les négociations, sans le soutien d’une loi.

Soyons clairs : les médias d’information canadiens ne cherchent pas à obtenir de nouveaux fonds, de nouvelles taxes ou des frais d’utilisation. Nous ne demandons pas ̶ et ne voulons certainement pas ̶ de restrictions ou de règlements affectant la liberté d’expression. 

En fait, la santé de notre démocratie dépend d’un environnement médiatique dynamique et sain. Pour dire les choses crûment, cela signifie que vous, Monsieur le Premier Ministre, devez tenir parole en introduisant une législation pour briser la mainmise de Google et Facebook sur les informations avant les vacances parlementaires d’été. C’est une question de volonté politique. C’est une promesse de votre gouvernement. 

Le sort des médias d’information au Canada en dépend. Il en va de même pour notre démocratie. 

 

Francis Sonier, président de Réseau.Presse

(Réseau.Presse est partenaire de Médias d’info Canada et de la Coalition des éditeurs francophones)

Catégories
nouvelles

Déclaration du président de Réseau.Presse dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse

« Le journalisme de qualité, un vaccin contre la désinformation »

Déclaration du président de Réseau.Presse, Francis Sonier, dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

« La crise de la COVID-19 a chamboulé le monde entier. Comme bien d’autres secteurs, la presse n’a pas été épargnée. Les citoyens cherchent à s’informer sur la progression de la situation, mais rencontrent des défis pour accéder à de l’information de qualité. La pandémie ayant forcé la fermeture des accès au terrain et aux sources pour les journalistes, ces derniers ont vu leur travail se complexifier. En parallèle, les journalistes ont dû faire face à la recrudescence du phénomène des fausses nouvelles sur internet et les réseaux sociaux. En ces temps d’incertitude et de confusion, il est difficile pour le citoyen moyen de s’y retrouver. Ce constat prouve l’importance du journalisme de qualité comme “vaccin contre la désinformation”.

Le Baromètre de confiance Edelman 2021 révèle un déclin de la confiance des Canadiens envers les élus, les chefs d’entreprise et les médias. Le sondage nous apprend que près de la moitié des Canadiens estiment que les médias communiquent volontairement de fausses informations. Dans toute l’histoire de la presse libre, l’impact des théories complotistes et des fausses nouvelles se fait sentir plus que jamais.

Le thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse de cette année est : L’information comme bien public. La presse communautaire est demeurée intègre à son public, malgré les défis rencontrés lors de la dernière année et a continué à jouer  un rôle fondamental dans la protection de la démocratie en offrant de l’information de qualité sur les enjeux locaux. Sans leur journal communautaire, il aurait été impossible pour les citoyens de rester à l’affut de la progression de la pandémie dans leur communauté respective. Leurs journaux communautaires ont redoublé d’efforts pour leur offrir une information de qualité qui leur ressemble.

Je salue également le travail des journalistes d’ailleurs dans le monde, qui jour après jour, courent des risques afin d’informer le public et de protéger les démocraties. Malheureusement, la crise sanitaire est une occasion pour certains gouvernements autoritaires de censurer l’information disponible. Le classement mondial de la liberté de la presse 2020 de Reporters sans frontières (RSF), où le Canada occupe le 16e rang sur 180 pays et territoires, révèle que : “la crise de la COVID-19 met en lumière et amplifie les menaces au droit à une information libre, indépendante, pluraliste et fiable”.

La protection de la liberté de presse est notre responsabilité commune. Des médias indépendants, transparents et qui pensent librement sont au cœur même de toute démocratie. Ils sont aussi nos meilleurs alliés afin de combattre la désinformation.

Aujourd’hui et tous les jours, défendons ensemble l’information, notre bien public ! »

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias. — Site web de l’ONU https://www.un.org/fr/events/pressfreedomday/.

Francis Sonier
Président
Réseau.Presse

Personne-ressource
Julia Blonda
Gestionnaire des communications
Réseau.Presse

613-241-1017, poste 104
[email protected]

Catégories
communiqués de presse

Budget fédéral 2021 – Le Consortium des médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire salue les mesures annoncées et prévues pour son secteur

 

À la suite du dépôt du Budget 2021 du gouvernement fédéral le 19 avril par la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, l’honorable Chrystia Freeland, le Consortium des médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire a identifié de nombreuses opportunités pour son secteur.

Le Consortium dénote qu’avec son appui additionnel de 21 M$ à CBC/Radio-Canada, le gouvernement canadien reconnaît clairement l’importance de tenir les Canadiens informés avec des nouvelles locales et nationales dans les deux langues officielles.

« Dans son budget, le gouvernement reconnaît implicitement le rôle fondamental et unique des 105 médias communautaires desservant les communautés de langues officielles en situation minoritaire. Ceux-ci complètent le paysage médiatique canadien de façon unique en apportant une décentralisation de la couverture médiatique canadienne, ainsi qu’une pluralité ​ des points de vue plus que souhaitable pour préserver notre démocratie », précise Francis Sonier, président de Réseau.Presse.

C’est d’ailleurs dans cet esprit que le Consortium accueille favorablement l’investissement de 300 M$ annoncé par l’entremise du Fonds de relance pour les secteurs des arts, de la culture, du patrimoine et du sport. « Nous sommes convaincus que le gouvernement fédéral accordera une juste part de ce fonds de relance aux médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire », souligne Alex Schmidt, président de l’Alliance des radios communautaires du Canada. « Nous sommes prêts à nous asseoir avec nos interlocuteurs du bureau du ministre Steven Guilbeault pour confirmer son appui envers l’information locale dans le cadre de ce fonds », ajoute-t-il.

Le budget 2021 propose également un financement de 6,4 M$ à Patrimoine canadien et de 2,3 M$ au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada afin de faciliter la modernisation de la Loi sur les langues officielles. « Suite aux représentations faites auprès du bureau de la ministre Joly dans la foulée du dépôt de son Livre blanc, le Consortium est impatient de connaître la place et la protection réservées aux médias communautaires dans ce projet de loi », soutient Lily Ryan, présidente de la Quebec Community Newspapers Association.

Le Consortium tient également à saluer les efforts du gouvernement fédéral quant au maintien du crédit d’impôt pour les organisations journalistiques canadiennes enregistrées. Il souligne également son leadership suite à l’annonce de mesures d’imposition préliminaires aux géants du Web; un pas dans la bonne direction afin de stabiliser la situation des médias canadiens et compenser pour les pertes publicitaires drastiques subies au cours des dernières années.

-30-

Source :

Julia Blonda, gestionnaire des communications

Réseau.Presse

613-241-1017 poste 104

[email protected]

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________

Le Consortium des médias communautaires de langues officielles en situation minoritaire, dont les membres parlent d’une seule voix, représente quelque 105 journaux et radios communautaires en situation minoritaire dans 10 provinces et 3 territoires. Créé en 2016, le Consortium regroupe Réseau.Presse (anciennement connu sous le nom « Association de la presse francophone »), la Quebec Community Newspapers Association (QCNA), l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC du Canada) et le English-Language Arts Network (ELAN).